Nous avons décidé de passer Noël sur cette île afin de profiter un peu de la mer que nous n’allons plus voir jusqu’à la fin de notre séjour. Comme le temps est couvert le premier jour, nous louons un scooter pour visiter les environs. Quel plaisir de rouler avec nos enfants et sentir cette sensation de liberté !

View this post on Instagram

Vroom Vroom 🛵🚸

A post shared by Famille en terre inconnue (@familleenterreinconnue) on

Phu Quoc est réputée pour son excellent poivre, donc plein gaz direction une plantation de cette épice. Nous arrivons la fleur au fusil chez Eric, un français qui cultive le poivre. Nous nous joignons au groupe déjà présent. Eric nous montre des plants de poivrier qui sont en fait des lianes entourées autour d’un tuteur.

Nous apprenons que le poivre vert, jaune ou rouge est en fait le fruit de la même plante mais à un degré de maturité différent. Le poivre vert ne se conserve qu’une dizaine de jours. Ensuite, il est séché et devient noir. Le poivre blanc quant à lui, est du poivre noir qui a été trempé dans l’eau afin d’enlever le péricarpe (la peau qui recouvre le grain). Il nous emmène ensuite visiter une usine de Nuoc-mâm (sauce de poisson fermenté). Ce n’est pas drôle, on ne peut pas vous envoyer l’odeur, dommage ! Pour imaginer, ce sont des immenses cuves remplies de poissons préalablement mélangés avec du sel et un peu d’eau, qu’on laisse macérer pendant 1 année. Oui oui 365 jours, on était vers la fin 😂 on a même pu monter à l’echelle pour y tremper le doigt, 3x parce qu’il paraît que la première fois, on ne sent que le sel… ha ha elle est bonne celle-là. On sent même un goût de jambon cru à la 3ème… on doit être un peu fou car on en achète deux petites bouteilles, pour vu qu’elles ne s’ouvrent pas dans nos sacs !

Pour nous rafraîchir, nous cherchons une plage tranquille où nous baigner. En route, nous nous arrêtons au bord de la route pour faire le point d’où nous sommes. C’est là qu’un chien débouche d’une maison en aboyant et en courant dans notre direction. Ni une ni deux, Patrick démarre en me criant de partir vite. Plus de peur que de mal mais le chien nous a quand même poursuivi sur bien une centaine de mètres et il courrait vite. Je pense qu’il aurait été bon pour les courses de traîneau à Mélanie 😁

Baignade agréable après toutes ces émotions.

Le 25, les enfants trouvent une petite attention au déjeuner emballée dans un papier cadeau improvisé. Un rouleau de Mentos chacun plus un mars pour Nils et un Snickers pour Maxime. Et pour tous, un tube de Cenovis emporté de Suisse et de la brioche, miam. La journée s’annonçait bien.

Nous nous amusons dans la piscine. Difficile de réaliser que c’est Noël, à part les sapins décorés, rien n’indique que c’est aujourd’hui. Je réalise que pour moi, c’est une fête qui se prépare déjà longtemps avant le jour J avec plein de rituels que, cette année, nous n’avons pas fait et que c’est un moment que j’apprécie passer en famille. Les enfants regardent un film que nous avons téléchargé et nous nous réjouissons de faire un petit coucou à nos familles.

En soirée, nous lisons dans le 20 Minutes que la tempête tropicale « Tembin » se dirige au sud du Vietnam et que les autorités ont ordonné l’évacuation de plus d’un million de personnes habitant le delta du Mékong !!! Monique commence à s’inquiéter et va demander à la réception de l’hôtel s´il y a un risque. Là, la réceptionniste d’un air stoïque nous dit qu’elle n’en sait rien ! Mais qu’aucun bateau ne peut naviguer demain ! Manque de chance, nous devions quitter l’île en bateau ce jour là…

La nuit arrive et nous nous attendions à recevoir la tempête tropicale. Finalement, il n’y a pas eu le déluge simplement une pluie continue durant toute la nuit.

Le lendemain, nous faisons les démarches pour modifier notre date de départ, ainsi que le bus déjà réservé qui devait nous emmener au Cambodge. Mais notre départ reste incertain.

Après une journée supplémentaire imposée sur cette île, qui aura également permis à nos enfants de faire leurs devoirs, nous quittons Phu Quoc avec le ferry afin de rejoindre Nha Tiên.

À notre arrivée sur le continent, nous sommes pris en charge par une femme qui récolte tous nos passeports et les 140 $ pour les visas. Elle fait les démarches avec la frontière vietnamienne pour quitter le pays. C’est là que notre patience est mise à l’épreuve. Entre l’attente du bus qui doit nous amener à la frontière, les douanes Vietnamiennes et Cambodgiennes, nous y passons 6 heures.

Encore 45 minutes de bus pour rejoindre Kampot, notre première étape du Cambodge.

 

4 thoughts on “Phu Quoc Island”

  1. Noel au chaud! Génial! C’est une belle aventure apparemment! Jolie pirouette de Nils et Maxime à la conduite maîtrise à fond😂
    Bisous, bonne continuation au Cambodge…

  2. Chaque photo est un vrai régal… j’adore! Que de souvenirs à emmagasiner 🙂 même le Cenovis était du voyage décidément vous avez préparé ça comme de vrais pros!!! on en veut encore….

  3. Bonjour la famille,

    Tout d’abord, je vous souhaite une très bonne année 2018, ainsi qu’une excellente santé. Je découvre avec bonheur votre voyage et les différentes étapes déjà parcourues. Vous rayonnez en famille et vos photos sont magnifiques. J’apprécie tout particulièrement les couleurs vives, tel que le fuchsia qui amène beaucoup de gaieté même quand le ciel est gris.
    Continuez de savourer cette aventure à quatre et au plaisir de vivre les prochaines étapes à travers votre splendide blog. Bravo à vous.
    Bonne suite de voyage.
    Virginie Faillettaz

  4. Hello les cousins,

    Super de voir ces belles photos et de lire vos récits.
    On vous souhaite aussi une magnifique année 2018 avec pleins de magnifiques souvenirs!
    Gros bisous, faites de belles découvertes.
    A bientôt
    Les S’Marti’es!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*